Nombre total de pages vues

vendredi 12 janvier 2018

Les Pères Fondateurs


L'Art cistercien: simplicité des plans, harmonie des masses, rigueur de l'ordonnance des volumes, extrême dépouillement du décor mais perfection la plus raffinée dans la taille et l'appareillage des pierres. De toutes les régions de France, la Provincia est celle qui a été marquée le plus profondément et le plus longuement par l'empreinte de Rome                             


                                                         Bernard de Clairvaux
                    Saint Bernart 1090/1153 est la figure fondatrice de l'ordre des cisterciens
                             quoiqu'il ne soit pas lui-même le père du nouveau monastère de Citeaux.
                             en 1115, Bernard part en champagne fonder Clairvaux dont il devient l'abbé
                              C'est le seul titre ecclésiastique qu'il possédera jusqu'à sa mort.

                              Bernard incarne toutes ces aspirations qu'il porte plus loin que les autres
                              Mais ce moine qui rêve du "désert" est un agitateur et un croisé.
                              Il se veut soldat de Dieu, toujours au premier rang prêt à se battre
                              pour l'église lorsqu'elle est menacée: on le voit sur tous les fronts.

                                                                





Saint Robert de Molesme

Tenant dans ses mains les églises de Molesme et de Citeaux.
Fondateur de Citeaux et Etienne Harding son principal organisateur.






Saint Benoît de Nursie

A travers la règle qu'il compose entre 543 et 560,
saint Benoît est la figure essentielle du monachisme occidental.
L'homme, né vers 480 à Nurcie en Ombrie,
est peu connu, si ce n'est à travers son expérience de 
solitaire à Subiaco, puis dans la fondation d'un
monastère vers 530 au Mont Cassin
dans le sud du Latium.






Etienne Harding

Abbé de Citeaux et l'abbé de 
Saint-Vaast d'Arras
offrant la maquette de leur 
abbaye à la vierge.











mardi 9 janvier 2018

La Vie des Moines Cistercien




                              La Vie des Moines cisterciens


      La règle de saint Benoît

Se caractérise par sa clarté et sa pondération, elle s'applique 
autant à guider spirituellement les moines qu'a organiser leur
vie matérielle et à assurer le bon fonctionnement du monastère

Le nouveau venu

qui désire entrer au monastère est plutôt mal accueilli...il doit en effet attendre quatre à cinq jours avant qu'on daigne lui ouvrir la porte. Il est placé sous la direction d'un ancien qui va l'observer pour éprouver sa foi et sa vocation.

Après un an de noviciat

Au court duquel il a pu prendre connaissance de la règle, s'il accepte de la respecter il est admis au sein de la communauté il prononce solennellement trois voeux   d'obéissance, de stabilité, et de conversion des moeurs  il doit en tout et pour tout  obéir à l'abbé, il lui est interdit de quitter le monastère et il s'engage à vivre dans la chasteté, le renoncement du monde et surtout, à l'humilité, la pauvreté.


Après la cérémonie des voeux


Ses vêtements lui sont ôtés et il revêt l'habit de moine

L'abbé

Est lui même un moine que ses frères ont élu à la tête du monastère.

Huit moments de prières


Rythment la vie du moine les vigiles ont lieu entre deux et trois heures du matin, les Laudes au lever du jour, Prime en début de journée, Tierce dans la matinée, Sexte en milieu de journée, None  l'après midi, Vêpres à la fin du jour, Complies avant le repos de la nuit. En dehors des prières les moines s'équilibrent entre le travail et la lecture. Lors des repas pris en commun, dans la silence, le lecteur de la semaine lit pour ses frères, un texte sacré.

La nourriture

Frugale, mais suffisante, se compose de deux plats cuits accompagnés de pain et de vin en petite quantité.  L'horaire des repas est variable selon les saisons et les périodes de jeûne. En général, les moines prennent deux repas par jour à midi et après les vêpres.

Au dordoir

Ou une lampe brille toute la nuit, chaque moine a un lit ou il dort tout habillé afin d'être toujours prêt à se lever sans retard pour la prière.

L'habit du moine

Se compose d'une tunique et d'une coule plus ou moins épaisse selon les saisons.  Personne ne possède rien au sein du monastère ou tout est commun.

La salle des chapitres

Rectangulaire ou carrée , percée en général de trois fenêtres et ouverte sur le cloître par une porte encadrée de baies. Les frères s'y réunissent chaque matin, après tierce, en hiver, ou après le chant de prime en été. La réunion débute toujours par la lecture et le commentaire d'un chapitre de la règle, ce qui a donné son nom à la salle.

L'étage

Le dortoir, commun occupe toute la longueur de l'aile orientale. un escalier menant directement dans le transept de l'abbatiale permet aux frères de se rendre sans retard à l'office nocturne .Surplombant le canal qui dessert l'abbaye en eau, les latrines occupent l'extrémité du bâtiment.

Le chauffoir

Seule pièce chauffée ou la présence du feu permet de liquéfier l'encre, la cire, ainsi que l'encaustique des chaussures, la parole et la lecture y sont interdites.

Le réfectoire

Est situé en face du lavabo ou les moines font leurs ablutions avant le repas. Les tables sont disposées en U le long des murs et les moines s'y assoient par ordre d'ancienneté, le prieur et les plus anciens prenant place au chevet, le lecteur de la semaine accède à la chaire par un aménagé dans l'épaisseur du mur. Les moines mangent en silence, à l'écoute des textes sacrés.

L'enceinte monastique

Comprend aussi les bâtiments nécessaires à la vie économique comme le moulin, la boulangerie, les écuries, le fenil, et les divers ateliers.

Fonctions des moines

L'abbé c'est  le père "abba" de la communauté, la règle de saint Benoît lui donne la place du Christ au sein de la communauté.

Le Prieur il est nommé par l'abbé dont il est le second. 

Le trésorier il gère les finances de l'abbaye

Le cellérier responsable de l'intendance

Le sacristain il est l'ordonnateur ecclésiastiques, il fabrique les hosties et sonne les heures des offices.

Le chantre maître de choeur pendant les offices, il organise les processions des frères, il est, lorsqu'il n'y a pas de bibliothécaire la conservation des livres.

L'hôtelier  attaché au cellérier, il accueille les hôtes.

Le portier il garde l'entrée de l'abbaye.

L'infirmier il s'occupe des malades, il recueille les plantes médicinales du jardin et en fait des préparations.

Le maître des novices il est responsable de la formation des novices.

Le site de l'abbaye

Loin des lieux habités, est minutieusement choisi, bordé de forêts, sur un terrain plat ou au coeur d'une vallée. A partir de cette première installation souvent modeste les domaines explotés par l'abbaye s'accroissent au fil des années, grâce aux donations, surle site même dans un premier temps   , puis plus loin, ainsi, l'abbaye cistercienne peut posséder un capital de cinq mille à huit mille hectares. Les cisterciens, avec les granges s'étaient dotés d'une organisation extrêmement efficace et possédaient des connaissances poussées en matière d'agronomie, de sylviculture, d'élevage, de pisciculture et d'hydraulique. Grâce à leur réseau de granges        , leur sens de l'organisation et le développement de leurs connaissances, les cisterciens ont apporté une contribution importante au défrichement et à la mise en valeur des terroirs, en Europe, aux XII et XIII siècle.

Chants cisterciens

Lorsque la règle, saint Benoît précise les prières qui doivent être chantées à chacune des heures. il mentionne,entre les psaumes, les antiennes et le repos, les hymnes ambrosiennes, poèmes chantés introduits au IV siècle, par Ambroise évêque de Milan, dans la liturgie de son église. Au VIIe  siècle le pape Grégoire codifie et uniformise l'usage des textes chantés aux offices d'ou le nom de chant grégorien.

Architecture cistercienne

Bernard ouvre la voie à un style roman dépouillé, des images et des symboles les plus anciens statuts de l'ordre interdisent toute sculpture et toute peinture dans les églises et les abbayes. Les exigences des statuts cisterciens en matière d'architecture se réduisent à l'interdiction des clochers de pierre (inutiles puisque les laïcs des alentours  n'étaient pas appelés aux offices) au profit de clochers de bois de portée limitée 

La façade cistercienne n'ouvre que par deux simples portes latérales. L'architecture cistercienne est une réaction à l'art du temps, dés l'époque romane. Mais cette réaction se charche d'un spirituel, la façade plate est modeste, le chevet droit est l'emblème de la morale, la nudité des murs conduit le moine vers l'essentiel la pénombre l'invite au recueillement, la lumière vive exalte sa prière.

Les Vitraux l'abstraction des vitraux cisterciens trouvent son originalité dans la mise en valeur du plomb qui sertit le verre blanc soigneusement décoàupé selon des formes simples.

La Couleur est proscrite mais le verre est parfois rehaussé de grisaille passés au pinceau. Cette technique d'origine cistercienne va se développer durant tout le moyen-âge. Les moines se révèlent maître dans cet art, tant par la qualité du verre employé que par la pureté du dessin.

Le Carrelage le type de pavé, carré, grand et assez épais est gravé au compas et recouvert d'une glaçure foncée. A côté de ce motif qui est propre à l'ordre, on en compte trois autres .

                                   





 

















jeudi 16 novembre 2017

Ile de France

Les  Vaux de Cernais


Abbaye cistercienne du 12e siècle est un lieu unique
situé au coeur de la vallée de la Chevreuse
dans la forêt domaniale de Rambouillet.
















































Abbaye le Val


L'abbaye Notre Dame du Val 
est une ancienne abbaye cistercienne
située dans le val-d'Oise au nord de Paris













Abbaye le Lys


L'ancienne abbaye royale du Lys,
aujourd'hui en ruine,
est une abbaye  cistercienne de moniales
fondée par blanche de Castille
et par Louis IX en 1244.

Elle se situe en bordure du centre ville
407 Avenue du Lys  77190
Dammarie-les lys
























Abbaye de Royaumont

L'abbaye est un ancien monastère cistercien
situé dans le hameau de Baillon
à Asnières-sur-Oise
au nord de Paris

Une abbaye royale de l'architecture gothique.
En 1228, le jeune Louis IX, futur 
Saint Louis, et sa mère
Blanche de Castille fondent Royaumont.




























Abbaye de Maubuisson


L'abbaye de Maubuisson ,autrefois 
appelée Notre-Dame-la-Royale
est une ancienne abbaye royale cistercienne
fondée en 1236 par Blanche de Castille.


























Les Pères Fondateurs

L'Art cistercien: simplicité des plans, harmonie des masses, rigueur de l'ordonnance des volumes, extrême dépouillement du décor m...